Accueil SOCIÉTÉ Kara: Formation des acteurs locaux sur la gestion des marchandises dangereuses

Kara: Formation des acteurs locaux sur la gestion des marchandises dangereuses

44
0
Kara: Formation des acteurs locaux sur la gestion des marchandises dangereuses

Sous l’initiative des centres d’excellences de l’Union Européenne pour la réduction des risques nucléaires, radiologiques, biologique et chimique (CdE-NRBC), les 25 et 26 Septembre 2023 à l’évêché de Kara s’est tenu, l’atelier de formation des acteurs locaux sur la gestion des risques liés au transport des marchandises dangereuses.

Cette formation s’est inscrite dans le cadre du PROJET P95-SAFETIC intitulé, « Sécuriser le transport des marchandises dangereuses et les installations des produit chimiques dans la région de la façade atlantique africaine (FAA) »

Les acteurs locaux de la chaine du transport des marchandises dangereuses, des services du secteur public et privée et des collectivités locales ont été outillés et renforcés pour répondre efficacement aux risques et menaces Nucléaire, radiologique, biologique, et chimique liée au transport des marchandises dangereuses.

Sessions d’échanges et de partages sur les marchandises dangereuses

Durant les deux jours de formation, plusieurs modules ont été développés et ont fait l’objet des débats, notamment la classification des marchandises dangereuses ; la question de l’emballage, l’étiquetage et la signalétique des marchandises dangereuses ; la formation des chauffeurs et autres intervenants ; l’importance des documents de bord ; l’organisation des secours en cas d’accident et information du publique ; les consignes pour chargement, déchargement, manutention. Tous ces modules ont fait objet d’échanges et de partage entre les participants.

Lire aussi: Lutte contre le Banditisme : Un coup de maître des forces de l’ordre à Bassar

Les participants ont été évalués au terme de la formation. Ce qui leur a permis de bien cerner la problématique de la gestion des risques liés au transport des marchandises dangereuses.
Il faut noter qu’une marchandise dangereuse a été défini comme une matière ou un objet qui, par ses caractéristiques physico-chimique et physiologique peut présenter des risques pour l’homme, les biens et ou l’environnement.

Nécessité de prise de conscience

Dans son allocution d’ouverture de cet atelier, Col. Bakali Hèmou Badibawou a rappelé que la question de la gestion des risques liés au transport des marchandises dangereuses doit interpeller tous les acteurs impliqués. Il a également souligné l’importance du contenu d’une telle formation et qu’il est nécessaire que les populations s’en imprègnent.

Il a aussi exprimé sa gratitude à tous les partenaires techniques et financiers, les bonnes volontés et tous ceux qui accompagnent le Togo dans la mise en œuvre de ces engagement tant sur le plan national ou international.Pour le Directeur régional du ministère de l’environnement et de Ressources forestières, « au-delà des urgences sanitaires liées aux catastrophes naturels et épidémies, au niveau national, les cas d’incendies des usines et d’accident impliquant les transports de marchandises Dangereuses (TMD), nécessitent une prise de conscience. La sécurité et la sureté du transport des marchandises dangereuses sont une priorité de l’Etat »

« Ce qu’on peut retenir, d’abord il faut le renforcement de capacité, les ressources humaines, les ressources matériels. Si nous n’avons pas de matériels comment peut-on identifier une marchandise dangereuse ? Il faudrait que nous les participants de cette formation que nous soyons en mesure de partager l’information autour de nous », a indiqué Aboudoudjalilou ALASSANI. Ce dernier est le point focal national NRBC (nucléaires, radiologiques, biologique et chimique).

Pour rappel, l’étape de Kara fait suite aux étapes des régions maritime, plateaux et centrale.

Plaki SIMLIWA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici