Accueil Non classé Attaque de Cabinda: 14 ans jour pour jour, les cicatrices restent encore

Attaque de Cabinda: 14 ans jour pour jour, les cicatrices restent encore

197
0
Attaque de Cabinda: 14 ans jour pour jour, les cicatrices restent encore

En ce jour douloureux du 8 janvier, les pensées se tournent vers une tragédie qui a profondément marqué l’histoire du football togolais. Il y a 14 ans jour pour jour, l’attentat de Cabinda plongeait les Éperviers du Togo dans un cauchemar dont les cicatrices restent indélébiles.

Ce jour-là, le bus de l’équipe togolaise, pleine d’espoir pour la CAN 2010 en Angola, a été pris pour cible par des individus sans scrupules à Cabinda. L’attaque a laissé derrière elle deux membres du staff, Stan Ocloo et Abalo Amélété, morts, et a laissé des blessés physiques et émotionnels parmi les survivants.

Cabinda, une épreuve inoubliable

Cabinda, habituellement une enclave paisible du territoire angolais, est devenue le théâtre d’une tragédie sportive inattendue. Cet acte impardonnable a non seulement volé des vies, mais a également laissé une empreinte durable sur le football togolais et la nation elle-même. Nous pouvons citer la gardien Obilalé Kodjovi qui est resté handicapé jusqu’à ce jour.

Lire aussi: Preparatifs CAN 2024: Les Éperviers locaux impuissants face à l’équation algérienne

Les Éperviers, marqués à vie par cet attentat à Cabinda , portent des cicatrices émotionnelles qui transcendent le terrain de jeu. L’impact sur la psychologie collective des joueurs et du peuple togolais demeure, rappelant la fragilité du sport en tant que refuge.

Aujourd’hui, nous honorons la mémoire de Stan Ocloo et Abalo Amélété, et nos pensées vont aux familles qui ont perdu leurs êtres chers. Les Éperviers et le peuple togolais témoignent de leur solidarité dans un devoir de mémoire qui transcende le temps.

L’attentat de Cabinda, bien qu’ayant laissé des plaies profondes, est un chapitre que les Éperviers du Togo n’oublieront jamais. En honorant les victimes, ils renouvellent leur engagement envers la mémoire collective et rappellent au monde que même au-delà du sport, la résilience et la solidarité demeurent les fondements de la vie.

Charbel SOSSOUVI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici