Accueil POLITIQUE Niger : Quelle est la position du Togo dans la crise ?

Niger : Quelle est la position du Togo dans la crise ?

37
0
Niger : Quelle est la position du Togo dans la crise ?

Le 26 Juillet dernier, le Niger a été secoué par un coup d’État militaire, renversant le président démocratiquement élu Mohamed Bazoum. Cette situation a suscité des inquiétudes au sein de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), présidée par le Nigeria. En réponse à cet événement, la CEDEAO a imposé des sanctions sévères à Niamey, tandis que certains observateurs pointent du doigt la France pour ses éventuels intérêts cachés dans la région.

Dans ce contexte tendu, le Togo a choisi de prendre une position prudente mais engagée. Malgré le retrait de l’ambassadeur du Niger au Togo, le gouvernement togolais a fait preuve de retenue et a préféré ne pas répondre à cette provocation par une action impulsive. Au lieu de cela, il privilégie la diplomatie et le dialogue pour chercher une issue pacifique à la crise actuelle.

Lire aussi : Coup d’Etat au Niger: Gerry Taama se prononce

Rôle de médiateur du Togo dans la sous-région

Le Togo a déjà joué un rôle essentiel de médiateur dans plusieurs conflits régionaux par le passé. En janvier 2023, le président de la transition malienne, Assimi Goïta, a gracié 49 soldats ivoiriens condamnés grâce à la médiation du président togolais Faure Gnassingbé. Le Togo a joué un rôle crucial pour obtenir leur libération.

De même, en 2017, le Togo a agi en tant que médiateur dans la crise politique au Bénin en encourageant un dialogue inclusif entre les parties prenantes. Ces exemples illustrent l’engagement du Togo en faveur de la résolution pacifique des conflits dans la sous-région.

Le retrait de l’ambassadeur nigérien au Togo peut être interprété comme une provocation, mais le gouvernement togolais a choisi de réagir avec prudence. Plutôt que d’opter pour une approche impulsive basée sur le principe de réciprocité, le pays préfère privilégier le dialogue afin de résoudre cette situation de manière apaisée. Cette démarche reflète la volonté du Togo de maintenir un climat de calme et de sérénité malgré les tensions.

Les risques d’une intervention militaire au Niger

Le gouvernement togolais est conscient des risques qu’une intervention militaire pourrait entraîner dans la région. En s’appuyant sur l’expérience de pays voisins tels que le Mali et le Burkina Faso, confrontés à des crises sécuritaires après des interventions militaires, le Togo sait que cette option pourrait avoir des conséquences désastreuses pour la population civile.

En optant pour la diplomatie, le Togo cherche à éviter une escalade de la violence et à préserver la stabilité de la sous-région.

Le président Faure Gnassingbé et son gouvernement comprennent l’importance cruciale de la stabilité régionale pour le développement et la prospérité de l’Afrique de l’Ouest. En maintenant une position de dialogue et de diplomatie, le pays vise à contribuer activement à la paix et à la sécurité dans la région. Une escalade de la crise au Niger pourrait perturber l’équilibre régional et affecter les pays voisins.

Steven Wilson

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici