Accueil SOCIÉTÉ Kara, le carrefour d’une cuisine métissée

Kara, le carrefour d’une cuisine métissée

43
0
Kara, le carrefour d'une cuisine métissée

La ville de Kara est devenue au fil du temps un carrefour de la gastronomie mondiale. Le creuset d’une expérience culinaire unique. Entre les plats traditionnels africains et les mets européens, les résidents et visiteurs ont le privilège de savourer une variété de goûts. Divers restaurateurs, chefs et consommateurs répondent aux questions de Lomegraph sur cette tendance culinaire croissante.

Un restaurant à Kara ne saurait oublier de présenter des mets européens. Des spaghettis italiens aux salades fraîches, la ville embrasse avec passion cette fusion culinaire. Les matières premières comme les viandes locales sont parfois cuisinées suivant les recettes Européennes et occidentales, alors que les ingrédients peuvent provenir du Proche-Orient et de l’Afrique.

Cuisiner l’Europe et faire ressentir l’Afrique: Le défi des chefs-cuisiniers de Kara

Serge ALI, gestionnaire de « Place de la Victoire », note la popularité des spaghettis, pizzas et burgers. « On peut en citer les spaghettis italiens, les pizzas italiens, le burger. A mon avis si les clients viennent en redemander c’est qu’ils apprécient les repas européens », a-t-il indiqué.

Bien que certains ingrédients comme l’igname soient profondément ancrés dans la culture africaine, les techniques de préparation peuvent être inspirées de l’Europe. « Les shawarmas et les burgers attirent la clientèle», dit-il en soulignant que leur préparation porte l’empreinte africaine.

MATIGABA Koffi Grégoire, sous-chef cuisinier au restaurant KIYENA, parle des défis de fusionner les recettes européennes avec les ingrédients locaux. « Nous achetons nos ingrédients dans les supers marchés et d’autres choses nous les achetons dans les marchés où on peut les trouver. Un client peut nous demander d’adapter son plat aux goûts locaux ou non », déclare-t-il.

Lire aussi: Assurances: Les hommes de média outillés à Kara

Au restaurant SASSY, PILIOUGOM Essosolim met en avant une variété de salades et spaghettis, reflétant la richesse de la fusion européenne. « Les recettes sont transmises par des chefs formés spécifiquement dans ces techniques », a-t-il indiqué.

Parole aux consommateurs de la ville de Kara

N’DAH David apprécie des mets tels que les hamburgers, salades et spaghettis lorsqu’il veut se faire plaisir. « Je commande parfois, les hamburgers, les salades, les spaghettis quand j’ai un peu d’argent », dit-il.

AWATI Piwededeo Juliette, tout en appréciant certaines offres, est attentive à la qualité des ingrédients utilisés. « Moi j’aime les cuisines européennes mais pas toutes, par ce que quand je prends un repas comme shawarma la matière première qu’ils utilisent sont méconnu pour moi et ici à Kara il existe des restaurants qui réussissent pas à bien cuisiner les repas européennes. Par contre j’aime beaucoup les spaghettis, les salades et couscous, c’est le goût qui m’impressionne», a-t-elle affirmé.

Deo TCHINDOU, pour sa part, est séduit par la beauté et le goût des plats, citant les spaghettis bolognaise comme favori. « J’aime bien la spaghettis bolognaise, c’est un plat qui m’intéresse vraiment surtout quand le cuisinier le fait bien. La beauté du plat, la beauté du nom et le goût sont les éléments qui m’impressionnent », dit-il alors qu’il souriait.Kara, le carrefour d'une cuisine métissée

KARABOU Hamza, magasinier chez Le Champion, détaille les produits les plus demandés. « Les produit les plus demander ici on peut en citer quelque un Nous avons les boites de conserves comme les olives, des maïs doux, les thons, les sardines, les champignons, les vinaigrettes, les vinaigres, les moutardes et bien d’autres. Nous avons des épices comme les poivres, les herbes de province, les huiles. Il y a des produits qui viennent du Liban tel que des crèmes de sésames » a-t-il mentionné.

Ces ingrédients, souvent importés, reflètent la demande croissante pour les plats européens à Kara.

Certains restaurants, comme Kara PIZZA, se spécialisent dans des offres purement européennes, tandis que d’autres, comme Le restaurant Les pros, intègrent ces plats dans un menu plus diversifié.

Kara est le témoin d’une fusion culinaire, une danse délicate entre deux cultures. Avec une demande croissante pour les mets européens, et une adaptabilité impressionnante des chefs locaux, la ville est bien partie pour devenir un centre gastronomique où les traditions africaines et européennes coexistent harmonieusement.

Plaki SIMLIWA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici