Accueil SOCIÉTÉ Dette post-fêtes: Une mère en garde à vue à Kpalimé

Dette post-fêtes: Une mère en garde à vue à Kpalimé

437
0
Dette post-fêtes: Une mère en garde à vue à Kpalimé

Les fêtes de fin d’année sont souvent synonymes de joie, de célébrations et de générosité. Cependant, il est important de se rappeler que les dépenses excessives peuvent entraîner des problèmes financiers comme une dette.

L’histoire d’une mère mise en garde à vue le 06 décembre à Kpalimé suite à une dette contractée pour acheter des chaussures à son enfant met en évidence les défis auxquels certaines personnes sont confrontées après les fêtes.

Le payement d’une dette tourne au vinaigre

Avant les fêtes, cette mère a pris la décision d’acheter des chaussures pour ses enfants, mais a contracté une dette en s’engageant à la rembourser le 4 décembre. Malheureusement, elle n’a pas pu respecter cet engagement et a été convoquée et placée en garde à vue.

Pleine d’espoir, elle attendait que son mari vienne payer pour sa libération. Cette attente angoissante soulignait les conséquences réelles et sérieuses des dettes accumulées pendant les fêtes.

Dette post-fêtes: Une mère en garde à vue à Kpalimé

Lire aussi: UL: Comment les étudiants vivent la reprise des cours?

Cette histoire souligne l’importance de faire preuve de modération lors des célébrations des fêtes. Les dépenses excessives peuvent rapidement conduire à des dettes financières, comme le montre cette situation. Il est essentiel de se rappeler que la valeur des fêtes réside dans les moments partagés avec nos proches, et non dans les cadeaux coûteux que nous offrons.

Dette post-fêtes: Une mère en garde à vue à KpaliméPour éviter de se retrouver dans une situation similaire, il est conseillé de planifier un budget réaliste avant les fêtes. Fixez-vous des limites financières et tenez-vous-y. Il peut également être utile de prioriser les dépenses, en se concentrant sur ce qui est vraiment important pour vous et votre famille. Enfin, n’oubliez pas que les moments de joie et de bonheur ne sont pas nécessairement liés à des dépenses excessives.

Esther Kolani

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici